Africa Great Lakes Democracy Watch



Welcome to
Africa Great Lakes Democracy Watch Blog. Our objective is to promote the institutions of democracy,social justice,Human Rights,Peace, Freedom of Expression, and Respect to humanity in Rwanda,Uganda,DR Congo, Burundi,Sudan, Tanzania, Kenya,Ethiopia, and Somalia. We strongly believe that Africa will develop if only our presidents stop being rulers of men and become leaders of citizens. We support Breaking the Silence Campaign for DR Congo since we believe the democracy in Rwanda means peace in DRC. Follow this link to learn more about the origin of the war in both Rwanda and DR Congo:http://www.rwandadocumentsproject.net/gsdl/cgi-bin/library


Sunday, October 28, 2012

RWANDA-DRC:La rencontre semi-clandestine à Pretoria entre le Rwanda,La RD Congo,L'Ouganda et le M23 !

From VERITAS

Rencontre-M23.pnghttp://www.veritasinfo.fr/article-la-rencontre-semi-clandestine-a-pretoria-entre-le-rwanda-la-rd-congo-l-ouganda-et-le-m23-111783621.html De la rencontre semi-clandestine de près d’une semaine qui a réuni en Afrique du Sud les délégations de la République Démocratique du Congo, du Rwanda, de l’Ouganda et du M23, rien ou presque n’a filtré de cette messe noire. Mais L’œil du Patriote qui veille sur l’évolution du combat patriotique pour mettre fin à l’odieux système d’occupation de la RDC était présent et a suivi pour vous les moindres détails des tractations, des combinaisons et des magouilles qui ont eu lieu dans ce pays qui s’est forgé la responsabilité historique d’héberger les plus sordides complots qui ont conduit au renforcement du pouvoir d’occupation de notre pays par les forces du mal. Rien que les délégations qui ont fait le déplacement de Pretoria révèlent à elles seules l’identités réelles des antagonistes dans ce conflit qu’on voudrait présenter comme étant une affaire interne des Congolais.
 
Quatre délégations étaient présentes à Pretoria : celles en provenance de Kinshasa, de Kigali, de Kampala et du Kivu occupé. La délégation de Kinshasa était conduite par NTUMBA LUABA de la CEPGL qui était assisté par le Colonel SINDA, le barbouze MATE qui est le numéro deux de l’ANR, le Secrétaire général à la Coopération MONDONGA et le général NYAV qui commande la région militaire dans la Province Orientale.
 
Signe qui ne trompe pas, la délégation rwandaise, elle, fut la plus imposante en qualité et en quantité des membres. Deux ministres, et pas des moindres en faisaient partie. Il s’agit notamment de l’omniprésent ministre de la Défense, le général James KABAREBE qui présidait la délégation, et de la ministre des Affaires étrangères Mme Louise MUSHIKIWABO. Même l’homme considéré comme étant les yeux et les oreilles de Paul KAGAME était présent à Pretoria : il s’agit de Gédéon KAGURA KARUSHURARA, Conseiller spécial du président rwandais.
 
La délégation ougandaise était conduite par le fameux Cyprien NGOS, Chef du Département extérieur de la Sécurité militaire, spécialiste du dossier RDC. Il était assisté par SAIDI DADA SAOLO, un autre responsable des services de renseignements militaires. Quant à la délégation du fameux M23, elle était conduite par le numéro deux de cette organisation, le Colonel Alexis MADIKI. Le Dr TUMBUKA Adrien, le Major KADURA NYARUNGABO et Maître Didier KATEREBE faisaient aussi parti de cette délégation.
 
Le maître des cérémonies n’était autre qu’un vieux routier, j’allais dire un vieux sorcier qui a officié les précédentes messes noires dont l’une d’elles nous a produit le monstre inoubliable du fameux 1+4 de triste mémoire. L’ancien président sud-africain THABO MBEKI, parce qu’il s’agit bien de lui, est revenu aux affaires ! Il a été l’homme-orchestre de cette rencontre. Il avait à ses côtés un assistant, Gérôme SHABE, qui notait toutes les propositions et réactions des différentes parties.
 
Comme à Sun City, le Rwanda et l’Ouganda ont pesé de tout leur poids et ont imposé leur dictat concernant les cinq points à l’ordre du jour qui ont constitué d’ailleurs les cinq projets de solutions à la crise :

 
 1.L’arrêt des hostilités sur le terrain à l’Est de la RDC

 2.La formation d’un Gouvernement d’Union nationale qui doit octroyer au M23 des postes ministériels stratégiques et importants.
 
3.L’intégration du M23 au sein des FARDC avec reconnaissance des grades actuelles de leurs officiers et l’octroi en leur faveur des postes de commandement stratégique tant à l’Est que dans le reste du territoire national.
 
4.Retrait sans condition des mandats d’arrêt lancés contre les cadres politiques et militaires du M23
 
5.Déclaration obligatoire par « Joseph KABILA» ou son gouvernement reconnaissant publiquement que le Rwanda et l’Ouganda ne sont pas impliqués dans la « rébellion du M23 » en RDC.
 

Ces exigences ayant dépassé le niveau de responsabilité des délégués de Kinshasa, THABO MBEKI, à la demande expresse du Rwanda et de l’Ouganda, convoqua « Joseph KABILA» qui fit une descente urgente à Pretoria le deuxième jour de la rencontre. Sous les menaces du chef de la délégation rwandaise qui brandissait l’épée du déballage des conditions de création du M23 avec sa complicité, Hyppolite KANAMBE a donné son accord de principe concernant les quatre premiers points.
 
Cependant, il a demandé l’indulgence et la compréhension de ses «maîtres» concernant le cinquième point. Il leur a fait comprendre la menace d’une interpellation qui plane au Parlement et la colère du peuple congolais contre une telle déclaration. Mais ces patrons rwandais n’ont rien voulu entendre ! Ainsi, à la demande de « KABILA », les travaux ont été suspendus jusqu’à lundi prochain 29 octobre.
 
Chaque délégation a constitué des ateliers pour présenter sa reformulation des cinq résolutions. KANAMBE a ainsi reçu un petit moratoire pour réfléchir sur les voies et moyens de satisfaire aux exigences de ses mentors et complices. Que fera-t-il ? Comment s’y prendra-t-il ? Une chose est certaine : depuis le retour des experts de la délégation kinoise de Pretoria jusqu’au moment où nous couchons ces lignes, aucune orientation n’a encore été communiquée aux experts qui ne se sont réunis qu’une seule fois.
 
La RDC est une fois de plus en passe de vivre un remake de ce qui s’est fait avec le CNDP : L’injection des nouveaux officiers et militaires rwandais dans les FARDC, l’octroi des postes politiques dans le gouvernement et dans les entreprises aux cadres civils rwandais … et ensuite l’accélération du processus de balkanisation de l’Est de la RDC.

 
Paris, 27 Octobre 2012
Candide OKEKE

No comments: